• Sophie (02/07/2007) : Suite de ma journée

    Tout d'abord les réponses à vos questions : Je passe sur la première dont vous connaissez déjà la réponse (cochon ! ça vous plaît de me faire avouer ces choses honteuses ?). Au niveau du temps passé dans la lingerie, je ne sous-entendais rien de particulier. Mais je trouvais qu'il y passait beaucoup de temps ! Quant à la taille de son pénis, je vous l'ai déjà dis : Cela me fait fantasmer. Je veux dire par là que c'est assez excitant d'imaginer des choses cochonnes... Peut-être que j'aimerais bien le sucer à nouveau ? Mais vous êtes un vicieux, vous vous régalez à me donner honte. Vous me faites avouer explicitement des choses que j'ai un peu de mal à admettre seule !
    Je n'ai toujours pas commencé votre mission. En vérité, j'ai peur de jouir au moindre contact de mes doigts sur ma peau. La conséquence, c'est que j'ai les sens à fleur de peau. Alors deux choses qui devraient vous plaire :
    La première, c'est que j'étais attentive au moment où Guy irait s'habiller. Heureusement car je n'ai pas été déçue. J'avais laissé la musique dans la cuisine et Guy devait sans doute penser que je m'y trouvais encore, alors que j'essayais de l'observer. Je peux vous garantir qu'il a regardé dans ma penderie ! Lorsque je suis passée à proximité, la porte était entrebâillée et il était tout rouge ! Je me demande même s'il n'était pas en train de se caresser (?) Vu la bosse que faisait son pyjama, j'en suis presque sûre ! Quel vicieux ! Je me demande ce qu'il pense de moi ! Il doit maintenant me prendre pour une chienne... J'en ai profité pour refermer la porte en lui disant que j'avais oublié de refermer mes affaires ! Le voilà frustré et sans doute bien excité ! Comme ça, il n'y a pas que moi !
    La seconde, c'est que juste après le repas, Guy s'est mis à écrire. Comme son orthographe n'est pas extraordinaire, il m'a demandé quelques conseils. Je me suis donc penchée sur sa lettre pour l'aider. Cela me faisait quelque chose de penser que ce cochon avait sans doute eu envie de moi. Je sentais ma chatte mouiller rien qu'en y pensant... Alors, j'ai fait semblant de ne pas m'apercevoir qu'il essayait de regarder dans l'échancrure de ma robe... Pour tout vous dire, même si ce n'est pas très glorieux de ma part, je pense même que j'ai un peu cambré les reins. Un peu plus tard, lorsqu'il s'est levé de table, je me suis surprise à discrètement regarder au niveau de son short ! Ce cochon bande tout le temps !
    Voilà où j'en suis. Je vous tiens au courant...

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :